Gestion de camping : comment ça marche ?

Gestion de camping

Avec plus de 11 000 emplacements, le camping s’est hissé en tant que première forme d’hébergement touristique en France, devant les hôtels classés ainsi que les chambres d’hôtes. Il a fait son apparition en 1936, avec les congés payés.

Puisqu’il s’agit d’une activité rentable, de nombreux entrepreneurs souhaitent lancer leur propre emplacement. Il ne s’agit pas de démarches insurmontables ! Par ailleurs, des solutions en ligne existent et vous faciliteront la tâche. Voici un tour de piste rapide de la marche à suivre, en conformité avec la réglementation.

Le choix du terrain constitue un élément crucial

Le plus approprié des emplacements ne signifie pas que vous pourrez vous y installer. En effet, de nombreuses règlementations limitent la liberté de choix de l’emplacement.

Certains endroits sont interdits au camping (même temporairement) : les voies publiques et les routes, les sites classés, les rivages de la mer, les réserves naturelles, de même que les lieux situés à moins de 200 mètres de points d’eau servant à la consommation.

En premier lieu, il importe que la personne qui a la jouissance du sol vous accorde son autorisation. Par ailleurs, une autorisation n’est pas définitive. Par exemple, le maire d’une localité pourrait interdire à un moment donné le camping en raison de motifs environnementaux.

La démarche préalable d’obtention d’un permis d’aménagement

Il existe deux types de camping ( voir ici ) : déclaré ou aménagé.

Le camping déclaré ne requiert qu’un permis d’aménagement. Il consiste en un emplacement dont la capacité d’accueil n’excède pas 6 hébergements.

La majorité des campings correspondent au type aménagé. Ce genre d’exploitation exige d’obtenir un certificat de conformité des travaux, en plus d’un permis d’aménagement. Il s’agit d’un emplacement capable d’accueillir plus de 6 hébergements.

Il est déconseillé de considérer l’implantation d’un camping sur un terrain non constructible. Renseignez-vous auprès des autorités de votre commune afin de connaître ce qui est autorisé ou non.

Les divers statuts juridiques existants

Parmi les trois statuts juridiques, la première forme de statut consiste à ouvrir un camping en tant qu’entrepreneur individuel. Ceci relève du régime de l’auto entreprise. Les entrepreneurs en apprécient la simplicité, car il suffit de déclarer auprès du greffe son activité d’entrepreneur. Toutefois, ce type de camping ne peut dépasser un plafond de 32 900 euros.

Dans les cas d’entrepreneurs envisageant des investissements importants, il est plus avantageux de créer une société. Plusieurs scénarios sont alors envisageables.

Pour les campings bénéficiant d’associés, il est possible de créer une SAS ou encore une SARL. La responsabilité financière des associés est limitée au montant de leur apport. Ce qui signifie qu’en cas de difficultés de paiements des créanciers, ceux-ci ne pourront s’approprier les biens personnels. Par exemple, un camping en tandem avec un conjoint se classerait du côté de ces possibilités, le conjoint pouvant jouir d’une part des bénéfices.

Une SASU ou EURL convient au type de camping développé en solo. Il s’agit de formes déclinées de SAS et SARL n’impliquant qu’un seul associé et partageant les mêmes caractéristiques.

Quelques éléments à considérer dans la rédaction des statuts

L’activité de gestionnaire est classifiée par l’INSEE sous le code APE 55.30Z, et correspond au libellé « Terrains de camping et parcs pour caravanes ou véhicules de loisirs ». Vous devriez reproduire avec précision cette formulation dans votre objet social.

Les activités connexes peuvent êtres sujettes à des règlementations spécifiques. Par exemple, si vous envisagez la vente de boissons (sous forme de restaurant ou buvette), vous devrez vous prémunir d’une licence IV.

De plus, la réglementation n’autorise pas que le gestionnaire établisse son domicile principal sur les lieux du camping. (De cette façon, vous échapperiez à la fiscalité des hébergements fixes.)

Après que votre société de camping aura vu le jour, vous devriez recevoir des communications de la Chambre de commerce et de l’Industrie, puisque votre activité de camping s’avère avant tout de nature commerciale.

 

Voir aussi :

Trouver Un Job D’été Dans Un Restaurant, Un Hôtel Ou Un Camping

Ouvrir Ou Reprendre Un Camping : Nos 5 Conseils

Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Comment: